Home Coaching Créatif Entreprises CreaBlog Artiste Contact Boutique eBook Diagnostic Créativité Se connecter

Ma minute de coeur pour Camille Claudel

Une minute de cœur !

Aujourd’hui, si cela vous dit, posez vos mains sur votre poitrine, au niveau du chakra du cœur… Fermez les yeux… Souriez et envoyez de l’amour, du bon, du merci à nous toutes, femmes artistes, d’hier, d’aujourd’hui et de demain.

Je dédie ma minute de cœur à Camille Claudel.

Samedi dernier, cela faisait 76 ans, le 19 octobre 1943 que Camille Claudel, mourait, mourait de faim à l’hôpital psychiatrique de Montdevergues, au cœur de la Provence. Enfermée. Quasi abandonnée. Une femme, une artiste géniale. Merci Camille.

 

L’enfance de l’art
Épisode 1

Enfant, je marchais ou roulait en bicyclette le long des champs de blé et de coquelicots… rêvant que j’étais une artiste extraordinaire, tout à la fois écrivain, Van Gogh, et Camille Claudel. Je rêvais les yeux ouverts à cette vie d’artiste. Je voulais déjà l’être. Je pensais à Camille, que j’avais l’impression de visiter tous les jours.

Tous les jours, je passais devant l’Hôpital psychiatrique où avait vécu Camille Claudel et je m’imaginais sa vie, ses pensées. Je la voyais assise devant son pavillon. J’aurais aimé avoir vécu à son époque, entrer dans cet hôpital, m’asseoir et lui parler, dans la bonne odeur de résine de la pinède. Parfois, je l’imaginais sur sa chaise, habillée de blanc, dehors, devant son pavillon. Parfois, j’imaginais qu’elle jouait aux cartes. Allez savoir pourquoi… Je la voulais apaisée, hors du temps.

Tous les jours, je voyais aussi ce jeune homme qui marchait sur les lignes de la route, ou le contraire, je ne sais plus. Il criait et s’accroupissait à intervalles réguliers sur cette même route. J’imaginais que Camille avait eu comme lui, le droit de sortir. J’imaginais.
Tous les jours. Cet hôpital psychiatrique.

Tous les jours.

J’avais 8, 9 ans —je ne sais— quand j’ai entendu cette phrase qui s’est imprimée en moi : « De toute façon, pour être un vrai artiste, il faut être fou ». A l’époque, mes références, c’était : Vincent Van Gogh et Camille Claudel. Alors, cette phrase, ça a été une vraie sentence. A commencer à naître en moi un véritable combat. Je me rebellais. Je voulais déjà être une artiste mais je ne voulais pas être folle. Avec cette croyance, passer le cap de la page blanche, c’était prendre un risque. C’était oser braver ma propre folie, mon propre potentiel de folie. Et je me suis mise à écrire, à écrire de plus en plus, et à dessiner la nature, et 3h par semaine, pour mon cours, j’avais les mains dans l’argile. Je me vivais dans une solitude assez forte, avec des envies d’art plein la tête. Et juste dans un coin, la peur de ma propre folie. Mais tant pis, j’écrivais. La puissance de l’enfance. La puissance de la création.

J’oubliais Van Gogh, j’oubliais Camille, pour n’être que moi.

La Morale de l’histoire
Pour choisir de me choisir, je mets mon attention sur ma puissance de vie et je la laisse me porter intuitivement là où le tout bon lui semble être.
Se laisser juste guider par l'énergie de création.

Florence Liger d’Avignon,
Artiste Expert en Coaching Créatif d’Excellence Individualisé pour les particuliers et les entreprises

🌻 Réservez votre RDV 30 minutes gratuit : Si vous êtes intéressé(e) par un accompagnement en Coaching Créatif (en présentiel ou par internet (skype, whatsapp...), inscrivez-vous à un entretien de 30 min gratuit via skype ou whatsapp... pour que l'on en discute. Voici le lien pour prendre RDV : https://calendly.com/ligerdavignon/diagnostic30

🌻 Vous êtes intéressé(e) par le coaching créatif appliqué au bureau comme à la maison, vous pouvez télécharger mon livret de 12 pages gratuit « Ma Créativité, où es-tu passée ? Spécial Diagnostic Créativité » Livret diagnostic créativité : https://www.vivresonart.com/pl/101951

🌻 Vous aimez ce texte... Partagez ! Commentez ! ;-)

 

Close

50% Complete

Two Step

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.